En été, je ne chauffe pas. La chaleur solaire n’est donc pas judicieuse

Les besoins en eau chaude, que se soit à la salle de bains ou à la cuisine, sont plus ou moins constants tout au long de l’année.  

Grâce à l’énergie naturelle, une petite installation solaire permet de disposer de la chaleur nécessaire pour couvrir une partie non négligeable de l’eau chaude consommée. En été, l’installation couvre pratiquement la totalité des besoins. En hiver, cette part est réduite. Dans les immeubles collectifs, l’utilisation varie moins et la dimension des installations est calculée au plus juste (moins de mètres carrés par personne). Ces installations réalisent ainsi des valeurs de pointe en matière de rendement utilisable par mètre carré.

Lorsqu’elles sont de dimensions plus généreuses, de telles installations permettent également de chauffer grâce à l’énergie solaire. En hiver, elles ne contribuent que faiblement à la production d’eau chaude et au chauffage. En automne et au printemps en revanche, cette part augmente. Enfin, en été, les installations couvrent l’entier des besoins en eau chaude. Dans les bâtiments plus anciens où le chauffage fonctionne au gaz ou au mazout, il est ainsi possible de réduire sa consommation de combustible de 20 à 30%. Des économies jusqu’à 50% sont même possibles dans les bâtiments neufs.

La chaleur solaire est idéale pour produire de l'eau chaude