Les installations solaires remplacent déjà la centrale de Mühleberg à 80 pourcents – il est possible d’aller beaucoup plus loin

20. décembre 2019

A l'occasion de l'arrêt de la centrale nucléaire de Mühleberg aujourd'hui, Swissolar souligne que dans seulement un an et demi, les installations photovoltaïques suisses produiront autant d'électricité que Mühleberg. Afin de pouvoir remplacer à temps les centrales nucléaires qui doivent être arrêtées à l'avenir et de répondre à la demande croissante d'électricité (par ex. pour l'électrification de la mobilité), Swissolar préconise une accélération rapide de la construction de centrales solaires. La Confédération, les cantons et les fournisseurs d'énergie ont une responsabilité à cet égard. Parmi les énergies renouvelables, le photovoltaïque présente de loin le plus grand potentiel d'expansion en Suisse.

La centrale nucléaire de Mühleberg, arrêtée aujourd’hui, produisait un peu moins de 3 térawattheures (TWh) d'électricité par an (ce qui équivaut à 3 milliards de kilowattheures, soit 5 % de la consommation du pays). Les installations photovoltaïques installées en Suisse atteignent aujourd'hui une production annuelle de 2,4 térawattheures, soit au moins 80 % de la production perdue de Mühleberg. 

Grâce aux subventions déjà quelque peu optimisées par la Stratégie énergétique 2050, le rythme d’expansion du photovoltaïque passera de 270 MW en 2018 à environ 400 mégawatts par an en 2020. La production annuelle d'électricité solaire serait ainsi au niveau actuel de Mühleberg mi-2021.

Pourtant, du point de vue de Swissolar, cela ne suffit pas : «Nous devrions installer au moins 1500 mégawatts de nouvelles capacités photovoltaïques par an. D'une part, pour créer à temps des remplacements pour les autres centrales nucléaires, et d'autre part en raison de la demande croissante d'électricité provenant des pompes à chaleur et de l'électromobilité», dit David Stickelberger. Une augmentation annuelle de 1500 mégawatts correspond à une surface d'environ 8,5 kilomètres carrés de modules solaires. A titre de comparaison, la superficie résidentielle de Suisse augmente d'environ 20 kilomètres carrés par an. Rien que l'utilisation systématique de l’énergie solaire sur les toits et les façades nouvellement construits pourrait quasiment couvrir la croissance nécessaire.

Cela nécessite une optimisation supplémentaire des instruments de soutien :

  • D'une part, les lois cantonales sur l'énergie doivent être révisées rapidement, y compris l'obligation de produire une partie de besoins d’électricité des nouvelles constructions.
  • D'autre part, il faut créer au niveau fédéral les conditions-cadres permettant de garantir que la construction de grandes installations photovoltaïques qui ne produisent pas pour la consommation propre soit économiquement viable.
  • Il est également urgent de réduire les obstacles administratifs.

La fermeture de Mühleberg devrait être un signal fort pour les autorités politiques, les poussant à accélérer le développement de l'énergie solaire. Mais les fournisseurs d'énergie ont aussi un devoir : leurs investissements de plusieurs milliards d'euros dans l'éolien et le solaire à l'étranger peuvent être intéressants sur le plan économique, mais ne contribuent pas à un approvisionnement en électricité sûr et propre pour la Suisse. Cela nécessite une capacité de production renouvelable beaucoup plus importante dans le pays. Le potentiel est disponible.

 

Pour de plus amples informations :
David Stickelberger, directeur Swissolar, stickelberger@swissolar.ch