Redistribution des cartes sur le marché de l’électricité

4. octobre 2017

Rétribution unique et commercialisation directe plutôt que rétribution du courant injecté: le peuple suisse a approuvé le premier volet de mesures de la Stratégie énergétique 2050 et déclenché ainsi un changement de paradigme pour la promotion des énergies renouvelables. Il en résulte de nouveaux champs d’activité, et l’autoconsommation gagne en importance.

Article en PDF

Le subventionnement des énergies renouvelables est bouleversé.L’actuel système dit de «rétribution à prix coûtant ducourant injecté (RPC)» va être remanié pour être plus prochedu marché. Les producteurs d’électricité décentralisés serontdavantage mis à contribution, nombre d’entre eux devrontdésormais vendre leur courant directement sur le marché.Dans le même temps, la rétribution unique gagne en importanceet s’étendra désormais aux grandes installations encouvrant environ 25% des coûts d’investissement. Dans cenouveau contexte, l’exploitation économique des installationsexige une autoconsommation optimale. Pour cela, la Stratégieénergétique 2050 permet non seulement à plusieursfoyers d’un bâtiment, mais aussi à différents immeublesvoisinsde former une communauté d’autoconsommateurspour tirer parti du courant solaire produit sur les toits. 

Des changements majeurs
«L’approvisionnement en électricité par les entreprises d’approvisionnement en énergie (EAE) sera petit à petit remplacé par la production d’électricité décentralisée renouvelable», déclare Gianni Operto, président d’AEE SUISSE, l’organisation faîtière de l’économie des énergies renouvelables et de l’efficacité énergétique. Le photovoltaïque va être de moins en moins cher et rendre ainsi l’autoconsommation de plus en plus lucrative. Et l’obligation de commercialisation directe du courant accroîtra l’attractivité des injections favorables au réseau. «C’est positif», affirme Gianni Operto. «En revanche, cela rendra le marché de l’électricité plus compliqué.» 

Des changements majeurs
«L’approvisionnement en électricité par les entreprises d’approvisionnement en énergie (EAE) sera petit à petit remplacé par la production d’électricité décentralisée renouvelable», déclare Gianni Operto, président d’AEE SUISSE, l’organisation faîtière de l’économie des énergies renouvelables et de l’efficacité énergétique. Le photovoltaïque va être de moins en moins cher et rendre ainsi l’autoconsommation de plus en plus lucrative. Et l’obligation de commercialisation directe du courant accroîtra l’attractivité des injections favorables au réseau. «C’est positif», affirme Gianni Operto. «En revanche, cela rendra le marché de l’électricité plus compliqué.» 

Ces systèmes de stockage intelligents permettent aux exploitants d’installations PV de doubler leur autoconsommation. Ainsi, leurs besoins d’achat d’électricité diminuent et la rentabilité PV augmente. Les batteries intelligentes peuvent également fournir de la puissance de réglage, qui permet d’équilibrer les fluctuations qui affectent le réseau électrique à court terme. Les solutions de stockage peuvent même constituer une alternative au développement du réseau électrique, comme le montre l’exemple du château de Meggenhorn. En collaboration avec l’ENPLA GmbH, Ampard a développé un système de stockage permettant aux injections fluctuantes de courant solaire d’être stockées localement temporairement – plus besoin d’extension de réseau.

La nécessité de nouvelles conditions-cadres
Gianni Operto se réjouit de l’existence de fournisseurs tels qu’Ampard: «Les petits producteurs sont les premiers à ne pas pouvoir influencer le marché de l’électricité et à être tributaires de telles prestations.» C’est pourtant précisément là qu’il décèle un inconvénient: «Comment l’exploitant d’une petite installation peut-il savoir si ses efforts sont rétribués équitablement?» Il ajoute que l’injection de l’électricité solaire excédentaire requiert des compteurs intelligents facturés de manière excessivement haute par les entreprises d’approvisionnement en énergie (EAE). Gianni Operto voit là une nécessité d’agir: «Le législateur doit fixer des conditions-cadres pour que l’électricité puisse être vendue à des prix équitables et que les comportements favorables au réseau soient encouragés.» 

Les EAE découvrent de nouveaux marchés
Avec la baisse des prix pour les installations PV et les possibilités de stockage, les entreprises d’approvisionnement qui ne sont pas tributaires du réseau électrique peuvent devenir plus attrayantes à l’avenir. Pour Gianni Operto, «cela sera particulièrement intéressant pour les maisons qui se regroupent et constituent un genre d’île qui produit de l’électricité et qui exploite les accumulateurs à commande intelligente et connectés en réseau». 

Qu’en est-il des EAE? «Leur mentalité doit évoluer. De fournisseurs d’énergie, elles vont devenir des prestataires de solutions énergétiques globales», prévoie Monsieur Operto. Un exemple est EWZ, l’EAE de la ville de Zurich: elle vend des parts d’installations PV et fournit aux acquéreurs 80 kWh d’électricité solaire par an et par mètre carré acheté. EWZ augmente ainsi ses investissements dans l’énergie solaire tout en sécurisant ses ventes d’électricité. «Avec ce type de prestations, les EAE se positionnent sur le secteur des services et fidélisent leurs clients», explique Gianni Operto. Parallèlement, les énergies renouvelables continuent d’être encouragées et le réseau électrique est stabilisé au travers de solutions de pilotage intelligentes.